LA JOUISSANCE PRIVATIVE D’UNE PARTIE COMMUNE